Les pesticides

Mise à jour le 25/03/2008
Par Vincent Voisin

 Flèche retourretour page précédente

Augmentation des teneurs en cuivre liée à des traitements fongicides sur cultures pérennes

L’utilisation depuis 1885 de sels de cuivre (bouillies bordelaises ou bourguignonnes) pour lutter contre un champignon, le mildiou, est à l’origine de l’accumulation du métal constatée dans le sol de tous les vignobles. Des sols viticoles renferment aujourd’hui plus de 500 mg de cuivre par kg de terre. Le cuivre est énergiquement retenu en surface et migre peu en profondeur. La relative résistance au cuivre de la vigne en place s'explique par le fait que les racines sont en dessous de la zone d'accumulation. Les accidents surviennent après arrachage d'une vieille vigne ou de l'établissement d'une autre culture. Le cuivre en excès provoque une réduction importante de la croissance du végétal pouvant entraîner sa mort (Delas & Juste, 1975 ; cité par Stengel & Gelin, 1998, p. 150).

sc15.jpg

Les teneurs en cuivre sont corrélées, en France, avec la localisation de la culture de la vigne. Les zones où les teneurs sont les plus élevées correspondent aux régions viticoles ayant largement recouru aux traitements à la bouillie bordelaise, où de nombreuses teneurs dépassent 10 mg Cu.kg-1.

 

Le zinc est également assez présent dans les sols sous cultures pérennes mais il est retrouvé aussi dans les zones industrialisées (le nord de la France) et les régions d’élevage (par exemple en Bretagne).

sc16.jpg

 

Bibliographie :

  • Stengel, P., & Gelin, S. (1998). Sol: interface fragile. Paris: Editions INRA.

 

Flèche retourretour page précédente