Vous êtes ici : Accueil / Thématiques / Datation / Clous d'or et stratotypes / Clous d'or et stratotypes

Clous d'or et stratotypes

Mise à jour le 17/07/2020
Par Isabelle Veltz
Il existe deux types de stratotypes : les stratotypes d'unité et les stratotypes de limites. Le stratotype d'unité correspond à un affleurement qui est reconnu par les spécialistes comme le "type" d'un étage géologique. Le stratotype de limite correspond à un ensemble continu de couches au niveau desquelles est identifiée la limite entre deux étages. On marque cette limite par un clou d'or (Golden Spike) fixé directement sur la roche.

Un étage géologique est l'unité chronostratigraphique fondamentale en géologie. Il représente un intervalle de temps d'une durée variable mais correspondant en général à quelques millions d'années.

Il existe deux types de stratotypes : les stratotypes d'unité et les stratotypes de limites.

Le stratotype d'unité correspond à un affleurement qui est reconnu par les spécialistes comme le "type" d'un étage géologique. 

Le stratotype de limite correspond à un ensemble continu de couches au niveau desquelles est identifiée la limite entre deux étages. On marque cette limite par un clou d'or (Golden Spike) fixé directement sur la roche.

Les scientifiques ont créé de nombreux stratoypes en France métropolitaine au 19 et au début du 20ème siècle, ce qui montre l'importance de la géologie dans notre culture. Les stratotypes Français sont à la fois des stratotypes de limite et des stratotypes d'unité.

Alors que nous ne comptons que 5 stratotypes de limites (clou d'or). 

il a existé il y a encore peu de temps plus d'une quarantaine de stratotypes d'étages (sans parler des sous étages et des formations) sur notre territoire.

cliquer ici pour agrandir

cliquer ici pour agrandir l'image

Certains de ces stratotypes d'unité sont encore valides : le Givétien, le Stéphanien, l'Autunien, l'Hettangien, le Sinémurien, le Toarcien, le Bajocien, le Berriasien, le Barrémien, l'Aptien, l'Albien, le Cénomanien, le Turonien, le Coniacien, le Santonien, le Campanien, le Lutétien, l'Aquitanien et le Burdigalien. Ce sont les derniers étalons français encore en cours.

D'autres restent utilisés comme valeur patrimoniale et relatent l'histoire des sciences de la Terre françaises à une période où la science pure et non commerciale était reconnue à sa juste valeur.

Ces sites géologiques d'exception doivent être protéges et valorisés même s'ils ne sont pas ... pour le moment ... d'actualité. Leur contenu fossilifère est bien souvent recouvert par nos déchets comme ci dessous la carrière d'Attainville qui reçoit les ordures ménagères du nord la métropole parisienne et recouvre les riches gisements de l'Auversien.

           

 

12 stratotypes sont aujourd'hui protégés :

  • 8 dans des réserves naturelles nationales : Aptien, Aquitanien, Barrémien, Burdigalien, Givétien, Hettangien, Stampien et Toarcien.
  • A Sainte Honorine des Pertes la falaise bajocienne est un site classé au titre de la protection du littoral. 

  • Les carrières du Bois des Roches, à Vigny (Val-d’Oise), sont depuis 2004 un site protégé au titre des«espaces naturels sensibles».  C'est le co-stratotype du Danien, il est géré avec le concours du Parc naturel régional du Vexin français. 

       

  • L'ancienne sablière à Cuise-la-Motte (stratotype du Cuisien) a été préservé et aménagé par la commune afin d'accueillir le public  .

                            

                                        

  • Une partie du stratotype de l’Autunien a été achetée par la société d’Histoire naturelle d’Autun.
Connaissances du programme de Terminale Spécialité. Capacités et atitudes

À la recherche du passé géologique de notre planète / Le temps et les roches / La chronologie relative.

Les relations géométriques (superposition, recoupement, inclusion) permettent de reconstituer la chronologie relative de structures ou d’événements géologiques de différentes natures et à différentes échelles d’observation. Les associations de fossiles stratigraphiques, fossiles ayant évolué rapidement et présentant une grande extension géographique, sont utilisées pour caractériser des intervalles de temps. L’identification d’associations fossiles identiques dans des régions géographiquement éloignées permet l’établissement de corrélations temporelles entre formations. Les coupures dans les temps géologiques sont établies sur des critères paléontologiques : l’apparition ou la disparition de groupes fossiles. La superposition des intervalles de temps, limités par des coupures d’ordres différents (ères, périodes, étages), aboutit à l’échelle stratigraphique

 

Utiliser les relations géométriques pour établir une succession chronologique d’événements à partir d’observations à différentes échelles et sur différents objets (lames minces observées au microscope, affleurements, cartes géologiques).

Observer une succession d’associations fossiles différentes dans une formation géologique et comprendre comment est construite une coupure stratigraphique (par exemple par l’étude des successions d’ammonites, de trilobites ou de foraminifères). Comprendre les modalités de construction de l’échelle stratigraphique ; discuter les fondements et la validité des différents niveaux de coupures.

Extraire des informations à partir de cartes géologiques ; utiliser les apports complémentaires de la chronologie relative et de la chronologie absolue pour reconstituer une histoire géologique. 

Pratiquer des démarches scientifiques

Distinguer ce qui relève d’une croyance ou d’une opinion et ce qui constitue un savoir scientifique. 

Utiliser des outils numériques : - conduire une recherche d’informations sur internet pour répondre à une question ou pour résoudre un problème scientifique, en choisissant des mots-clés pertinents, et en évaluant la fiabilité des sources et la validité des résultats ; - utiliser des logiciels d’acquisition, de simulation et de traitement de données.

Lien vers les activités pédagogiques 

Nouveautés pour facilité le télétravail : des fiches élèves téléchargeables

Bibliographie

MONTENAT C. & MERLE D. 2018. — Stratotype Danien. Muséum national d'Histoire naturelle, Paris, 480p. (Patrimoine géologique ; 9).
AMÉDRO F., MATRION B. & ROBASZYNSKI F. (coord.) 2018. — Stratotype Turonien. Muséum national d'Histoire naturelle, Paris ; Biotope, Mèze ; 416 p. (Patrimoine géologique ; 8).
BRICE D. (coord.) 2016. — Stratotype Givétien. Muséum national d'Histoire naturelle, Paris ; Biotope, Mèze, 272 p. (Patrimoine géologique ; 7).
MOREL N. (coord.) 2015. — Stratotype Cénomanien. Muséum national d'Histoire naturelle, Paris ; Biotope, Mèze, 384 p. (Patrimoine géologique ; 6).
LONDEIX L. (coord.) 2014. — Stratotype Aquitanien. Muséum national d'Histoire naturelle, Paris ; Biotope, Mèze, 416 p. (Patrimoine géologique ; 5).
LOZOUET P. (coord.) 2012. — Stratotype Stampien. Muséum national d'Histoire naturelle, Paris ; Biotope, Mèze, 464 p. (Patrimoine géologique ; 4).
HANZO M. (coord.) 2012. — Stratotype Hettangien. Muséum national d'Histoire naturelle, Paris ; Biotope, Mèze, 317 p. (Patrimoine géologique ; 3).
COLLETÉ C. (coord.) 2010. — Stratotype Albien. Muséum national d'Histoire naturelle, Paris ; Biotope, Mèze ; BRGM, Orléans, 332 p. (Patrimoine géologique ; 2).
MERLE D. (coord.) 2008. — Stratotype Lutétien. Muséum national d'Histoire naturelle, Paris ; Biotope, Mèze ; BRGM, Orléans, 288 p. (Patrimoine géologique ; 1).
Commission internationale de stratigraphie https://stratigraphy.org/
Time Scale Geology  Fondation https://timescalefoundation.org/index.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mots-clés associés :