Vous êtes ici : Accueil / Thématiques / Climat / Changement climatique / Quelques conséquences du changement climatique

Quelques conséquences du changement climatique

Mise à jour le 18/04/2018
Par Hélène Toussaint
Mise en évidence des conséquences du changement climatique.

 

Place dans le BO-Cycle 4

 

La  Planète Terre, l'environnement et l'action humaine.

Connaissances et compétences associées

Les changements climatiques actuels

  • Relier les connaissances scientifiques sur les risques naturels ainsi que ceux liés aux activités humaines  (pollution de l'air et des mers, réchauffement climatique, etc) aux mesures de prévention (quand c'est possible), de protection, d'adaptation ou d'atténuation.
  • Expliquer le réchauffement climatique actuel (influence des activités humaines sur le climat) et en envisager les effets à long terme.
Compétences du socle

Domaine 4 - Pratiquer des démarches scientifiques et technologiques :

Interpréter un résultat, en tirer une conclusion.

Domaine 2 - Mobiliser des outils numériques  : 

Pour visualiser des phénomènes.

Domaine 5 - Se situer dans l'espace et le temps :

Se situer dans l'environnement et maîtriser la notion d'échelle.

 

 

informations techniques activités proposées / données disponibles indices de réponse

Ouvrir le fichier : "Quelques conséquences du changement climatique" 8,9 MB 15/04/2018 

Google Earth s'ouvre directement. Patientez quelques instants.

  • Le fichier "Quelques conséquences du changement climatique" s'affiche dans lieux temporaires.
  • Dans Calques "Galerie Google" tout décocher.
  • Cliquer sur le triangle qui est devant Calques, la fenêtre se ferme laissant plus d'espace dans la fenêtre "lieux" qui est la zone de travail.

 

 

Mise en évidence des conséquences du changement climatique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Cliquer sur "La banquise arctique".

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Cliquer sur "Les glaces continentales"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Cliquer sur "La côte à Soulac sur mer".

 

 

 

 

 

 

 

  • Puis afficher "La côte de Saly"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Afficher "La mer d'Aral"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Afficher "Le lac Tchad" 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Afficher "Les Maldives"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Afficher "De nouveaux éléments dans les paysages" 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Afficher "La chenille processionnaire du pin"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BILAN 

1 - Montrer la diminution de la banquise

  • Déplacer l'onglet de 1981 à 2017. 
  • Commenter l'évolution de la banquise entre 1981 et 2017.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Puis donner des valeurs de la surface de cette banquise en 1981 et en 2017 en traçant des polygones. Pour cela, cliquer sur l'icône indiqué ci-dessous.

 

 

 

2 - Montrer la diminution de la surface de la glace continentale

  • Décrire l'évolution de la surface de glace continentale entre 1984 et 2016 au niveau de la ville de Qeqata au Groënland. De la même façon que pour la banquise arctique, donner des valeurs de la surface de la glace continentale en traçant des polygones: le premier en 1984 et le second en 2017.

 

 

 

 

 

 

 

3 - Montrer la disparition de territoires

 

  • Décrire l'évolution du trait de côte. Le trait de côte représente la limite la plus extrême que les hautes eaux ont atteint (par temps calme).

 

 

 

 

 

 

 

  • Où est située la ville de Saly? Commenter  l'évolution de la côte de Saly entre 2003 et 2017 (voir photographies) et indiquer le phénomène observé. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Observer la surface de la mer d'Aral depuis 1986. La mer d'Aral est en fait un lac alimenté par deux fleuves. Jusqu'en 2000, c'était le plus grand lac du monde avec une superficie de 66 458 km2.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Comparer la surface du lac Tchad entre 1973 et 2017 et indiquer le phénomène observé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4 - Montrer les aménagements de l'Homme en lien avec le réchauffement climatique 

 

  • Comparer la côte de Malé au mois de Février 2008 et la côte de Malé au mois de Juin 2017. Pourquoi l'homme a-t-il été obligé d'aménager rapidement la côte, au niveau du repère jaune? 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Qu'observe-t-on de plus en plus dans le paysage de la Beauce? Pourquoi l'homme aménage-t-il de plus en plus d'équipements?

 

La France compte sur le développement de son parc éolien pour porter à 23% la part des énergies renouvelables dans sa production énergétique d’ici à 2020 (objectif fixé par le Paquet Énergie-Climat).

Rechercher d'autres zones où ces éléments existent en grand nombre: pour cela, il faut dézoomer. 

 

 

 

 

 

 

5 - Pour aller plus loin...

  • Observer la migration des chenilles processionnaires entre 1969 et 2016 et montrer que sa migration peut être liée au changement de température.
 
 
 
 
 
 
 
 

La surface de la banquise a diminué entre 1981 et 2017 (environ la surface du Royaume-Uni).

Nous observons une diminution de la surface de la glace continentale au niveau de la ville de Qeqata.

Entre 1957 et 2013, le trait de côte s'est déplacé vers l'est.

 

La côte de Saly est située au Sénégal. Elle n'est plus du tout sableuse. Elle est totalement recouverte par l'océan.

 

La surface de la mer d'Aral diminue d'année en année, suite au réchauffement climatique.

En raison des sécheresses plus intenses, la surface du lac Tchad a fortement diminué.

 

Nous observons de nombreux aménagements sur la côte ouest de Malé permettant de  limiter l'érosion et les inondations, liées à la montée des eaux.

 

Nous observons de nombreuses éoliennes dans le paysage de la Beauce mais aussi dans d'autres régions françaises qui permettent à la France de développer sa part d'énergies renouvelables.

De 2005 à 2016, nous observons une migration vers le Nord des chenilles processionnaires, en lien avec le réchauffement des températures en France.